Jura Jeunes 4.0

 

Compétences de détection

« 9 personnes sur 10 savent où adresser un-e jeune avec un problème d’orientation professionnelle. Moins de la moitié estiment ne pas pouvoir le faire en cas de dangers liés à Internet et aux réseaux sociaux »


Si plus des trois quarts des membres d'institutions et d'associations de loisirs interrogé-e-s affirment savoir à qui adresser un‑e jeune ayant un projet, il existe de grandes différences de capacité d’orientation d’un-e jeune confronté-e à des problèmes, selon la problématique concernée.




Les capacités d’orientation s’ordonnent en fonction du caractère ordinaire des problématiques

Ne pas savoir orienter les jeunes confronté-e-s à certaines problématiques peut être dû au fait que :

  • Les organisations actives dans ces problématiques sont moins bien identifiées (identifiables).
  • Les problématiques sont plus récentes car nouvelles ou nouvellement thématisées dans l’espace public.
  • Certaines des thématiques les moins connues restent des sujets sensibles dont les jeunes ne parlent pas facilement.

Inversement, il est possible de considérer que les plus jeunes des répondant-e-s ont traité au cours de leur scolarité des questions liées à la sexualité, la prévention des addictions, voir aux problèmes d’orientation scolaire et professionnelle et qu’ils et elles se sentent ainsi mieux armé-e-s devant ces dernières.

La majorité des répondant-e-s s’estime suffisamment informée pour détecter les problèmes d’orientation professionnelle, de consommation d’alcool ou de drogues, les problèmes à l’école ou sur le lieu de travail ainsi que de harcèlement et de violence entre jeunes.




Les quatre problématiques pour lesquelles les répondant-e-s se sentent le moins informé-e-s sont les mêmes que les problèmes au sujet desquels ils ou elles se déclarent incapables d’orienter les jeunes qui y étaient confronté-e-s.

Toutefois le fait de ne pas se sentir suffisamment informé-e pour orienter un-e jeune en cas de besoin n’implique pas nécessairement chez les répondant-e-s le souhait de l’être davantage.